Je le sais, je vous ai promis un blog non moralisateur. Des articles qui n’incitent pas à la polémique. C’est toujours mon but. Mais lorsque les évidences scientifiques sont sans appel, il est de ma responsabilité d’être tranchant.

Dans cet article nous parlerons du gluten. Nous ne nous attarderons pas à vouloir comprendre ses mécanismes néfastes sur nôtre santé. Je vous en parlerai, si vous le souhaitez, dans un article dédié.

En revanche je souhaite vous alerter sur une erreur très commune, que tous ceux qui souhaitent écarter cette protéine de leur alimentation ont, un jour, commis (moi y compris). L’achat de produits industriels sans gluten.

En effet, le premier reflex que nous avons est de rechercher ce que nous connaissons déjà : un goût, une consistance, un aliment précis. On en trouve pleins les rayons et le prix, souvent très cher, semble être la promesse d’un produit de haute qualité (surtout nutritive).

Voyons pourquoi les produits industriels sans gluten ne sont absolument pas une bonne solution.

Le blé moderne, une céréale OGM et toxique

Quand on touche au blé, les gens se révoltent. On me balance toute sorte d’excuse : “on a toujours mangé ceci”, “personne n’est jamais mort en mangeant de la pizza”, ou ma préférée: “mon grand-père a vécu 95 ans en mangeant des pâtes tous les jours”.

Je suis désolé, je ne vais pas passer par 4 chemins : le blé que nous consommons aujourd’hui n’est plus celui que nos grands-parents mangeaient.

Disons-le clairement et une bonne fois pour toute : le blé que nous mangeons actuellement est un pur produit de manipulations génétiques, c’est un OGM toxique ! 

Voici un petit historique de l’alimentation de notre espèce :

  • Pendant 9 millions d’années : nous nous sommes essentiellement nourris de : fruits sucrés, baies, pousses, bourgeons, fleurs et jeunes feuilles, viandes, moelle osseuse, organes d’animaux, poissons et crustacés, larves, œufs, racines, bulbes, oléagineux et graines.

  • Il y a environ 10 000 ans : via la naissance de l’agriculture nous avons intégré de manière massive la consommation de céréales et produits laitiers.

Le blé s’est transformé dans le temps :

  • Passant de grain sauvage contenant 14 chromosomes (blé originel)

  • à 28 chromosomes (blé dur et kamut obtenus après de nombreux croisements), pour augmenter le rendement

  • On a continué à faire des croisements (mutations) jusqu’à obtenir le blé tendre qui contient 42 chromosomes.

Malheureusement cette dernière version du blé est celle que l’on consommait au 19e siècle.

En 1950, le monde a connu la fameuse révolution verte. Pour résoudre la famine de certains pays (Inde, Mexique, Pakistan, etc.), on a fait appel à un agronome généticien (Norman Ernest Borlaug).

La solution fut trouvée : augmenter le rendement par hectare en faisant des modifications génétiques aux céréales. Il a d’ailleurs obtenu le Prix Nobel de la Paix pour cela.

Ces nouveaux blés, dont la protéine de gluten a été ultra-modifiée ne sont, aujourd’hui, plus compatibles avec le système digestif humain, donc toxiques.

 

Un problème de surconsommation

Nous savons que la consommation (devenue excessive) de gluten peut, en effet, être nocive pour la santé et même entraîner une intolérance, la maladie cœliaque, ou une réaction de type allergie sévère. De nombreuses études sont formelles : ce genre de problématique ne cesse d’augmenter. Elles ont été multipliées par 6, voire 11, selon les régions en France. 

Ce dont nous sommes plus rarement avertis, c’est que de nombreux aliments contiennent du gluten caché. Il sert à épaissir les préparations. Plats préparés, charcuterie, sauces, pâtes, sauce soja, bière … Tous ces aliments contiennent du gluten. Il y en a même dans les médicaments !

Vous faites peut-être partie de ces gens qui disent : ”Je ne mange pas de pain et très rarement des pâtes” ? Malheureusement on en surconsomme tous.

Si consommée en trop grande quantité, cette protéine se transforme en une espèce de colle (glu-ten) qui vient tapisser et boucher les microvillosités de l’intestin. En effet, ceci limitera votre capacité d’assimilation des bons nutriments et vitamines. Ceci entraîne souvent d’importantes carences.

De plus en plus souvent, au cabinet, à travers une analyse du microbiote, nous constatons que cette glue a réussi à rendre votre barrière intestinale porose : cette barrière, a la fonction de frontière face aux mauvaises bactéries. Pour faire simple, elle fragilise considérablement notre immunité.

Si en plus nous consommons souvent des farines blanches, du pain de mie industriel, des pizza surgelées… le processus n’est qu’accéléré !

Le grand piège : les produits sans gluten !

N’oublions pas une chose, très importante : je suis italien ! Je suis né en Italie et j’y ai vécu mes 19 premières années ! Alors comme tous mes compatriotes, nous avons été élevés avec des pâtes.

Certes, je n’ai jamais vu qui que ce soit ouvrir une boîte de sauce préparée et tout était fait maison. Durant mon enfance, je n’ai jamais consommé de pizza surgelés, ni passé au micro-ondes des lasagnes toutes prêtes. Mais bon, dans notre alimentation familiale les pâtes étaient notre entrée fétiche (oui oui une entrée !).

Je comprends donc en partie tous ces gens qui me regardent la larme à l’œil au cabinet en me disant : “Mais si je ne mange pas de pain et de pâtes, qu’est-ce qu’il me reste à manger ?”. Puis je les vois comme vous, dans les rayons des supermarchés : cette enfilade de produits ‘’gagne temps’’ ! Toutes ces pâtes sont, soi-disant, faites avec des mélanges de céréales ancestrales (souvent avec l’image de la mamie sur le paquet pour toucher la corde sensible). Lorsque l’on regarde le paquet, ces produits ressemblent vraiment aux « originaux » avec gluten. Pour en avoir goûté certains, je dois dire que leur goût est plutôt bon. Il est facile de tomber dans le piège !

Mais les produits industriels, avec ou sans gluten, sont ultra-transformés et donc nocifs pour la santé. Ils présentent une valeur nutritive peu, voire pas du tout intéressante, sont riches en substances néfastes et inflammatoires. Voici les plus répandues et dangereuses :  

  • Farine de maïs

  • Amidons

  • Améliorants (additifs alimentaires, enzymes alimentaires, arômes alimentaires, etc.)

De plus, les produits alimentaires industriels sans gluten sont aussi bourrés d’additifs. Pourquoi ? Parce que la mamie (celle de l’image sur le paquet) a besoin de rehausser le goût de ses produits sans gluten ou d’épaissir ses préparations… (la garce !)

Ces additifs sont parfois très dangereux pour la santé. Ils induisent également des charges glycémiques élevées et peuvent conduire à des carences en protéine. Ces produits – souvent vendus à des prix exorbitants – sont riches en sucre et en sel.

Alors gravez cette chose dans votre mémoire : ces produits sont inflammatoires et toxiques pour vos intestins (déjà affaiblis). Vous n’aurez que l’illusion de mieux manger et vous viendrez vous plaindre auprès de votre naturopathe parce que ”son régime sans gluten” est foireux. (bof !)

Comment remplacer les remplaçants ?

Que le gluten soit déjà un problème pour vous ou pas, il n’y a aucun intérêt de consommer des produits industriels sans gluten. Le conseil est alors de revoir sa consommation en féculents et farines en termes de quantité et de qualité. Bannir les plats préparés, retrouver le plaisir de cuisiner, revenir à une alimentation plus simple.

Je sais, il n’est pas toujours simple de se priver totalement de ces aliments industriels, même lorsque l’on sait qu’ils sont nocifs pour la santé. Pourtant, de nouvelles habitudes alimentaires permettent de retourner en cuisine et de revenir à une alimentation peu transformée, simple… et savoureuse.

Eh oui, la solution n’est pas simple à avaler mais pourtant pleine de bon sens : retournons en cuisine !

Dans un premier temps, il est intéressant de noter qu’une multitude de produits alimentaires sains ne contient pas de gluten : les fruits et légumes, la viande et les poissons bruts, tous les laitages basiques.

Pour remplacer les pâtes, beaucoup de solutions saines existent. De nombreux tubercules et céréales ne contiennent pas de gluten :

  1. Riz

  2. Pomme de terre

  3. Tapioca

  4. Manioc

  5. Arrow-root

  6. Pois chiche

  7. Sarrasin

  8. Quinoa

  9. Châtaigne

  10. Amarante

  11. Millet

  12. Teff

  13. Sésame

  14. Igname

  15. Souchet

Je vous en déconseille une (celle de blé) et je vous en recommande 15 :  il y en a pour tous les goûts !

Pour revenir à une alimentation saine et arrêter de consommer des produits industriels sans gluten, mauvais pour l’organisme, commençons par arrêter la consommation de produits transformés. Ils ne présentent souvent aucun avantage nutritionnel et aucun bénéfice pour la santé.

Retrouvons le plaisir de cuisiner sain, redécouvrons les produits alimentaires oubliés tels que le sarrasin, le millet ou le quinoa. Il est possible de s’amuser en cuisine et de manger gourmand en retrouvant les plaisirs d’une nourriture simple, mais riche en fibres et en antioxydants. De plus internet pullule de blogs géniaux qui proposent tout un tas de recettes rapides, faciles et gourmandes.

Alors j’ai deux messages importants à faire passer. Le premier est pour la mamie des paquets : tu ne nous auras pas, ou plus!

Le deuxième est pour nous tous : nous ne sommes pas ce que nous mangeons. Nous sommes ce que nous réussissons à assimiler. Une alimentation riche en gluten (et donc forcément en sucres), affaibli notre intestin qui est le seul pouvant nous aider à faire arriver ”le bon carburant” à nos cellules. Aillons le courage de changer, nous ne les regretterons pas.

Naturellement,

Mauro 🌱

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.